100% familial, 100% international

Trois générations, une seule philosophie

L’«Alpenrose» prospère à Schönried depuis maintenant 70 ans. Ce superbe petit hôtel, à gestion familiale comme souvent dans la région, appartient depuis 1947 aux von Siebenthal. Aujourd’hui, c’est la troisième génération qui tient les rênes de ce bijou, mais la quatrième se prepare déjà. Sont réunies aujourd’hui Monika von Siebenthal, la grand-mère en «pseudo-retraite» depuis 2007, Carole et Michel, les propriétaires actuels, et Chantal, l’une de leurs trois filles. Ces dernières travaillent d’ailleurs toutes dans la restauration.

D’emblée, nous demandons à Chantal si elle projette son avenir à l’«Alpenrose». «Nous y pensons, mes soeurs et moi, bien que nous soyons encore un peu jeunes...», nous répond avec assurance la jeune femme qui, chaussée de Converse et portant tatouage, évolue avec aisance en salle comme en cuisine. «En tout cas, nous nous entendons très bien et apprenons beaucoup de nos parents, qui sont en même temps nos chefs.» Mais les dés ne sont pas encore jetés... Il n’y a pas urgence de toute façon, puisque Carole et Michel von Siebenthal-Buck restent les responsables de l’établissement. «Nos  lles doivent s’octroyer un temps de réº exion avant de prendre leur décision. Le principal, c’est qu’elles profitent de leurs années d’apprentissage», estime leur mère. Et la grand-mère - à la retraite depuis 2007 mais encore très active - de renchérir: «Ecoutez toujours ce que vous dit votre coeur!»


Une mélomane passionée

Voilà plus de 20 ans que Christine Baumgartner est au service de la grande musique dans le Saanenland. Même si son quotidien consiste à façonner de magnifiques céramiques, elle s’engage dans le cadre du festival Menuhin de Gstaad, pour le contrôle des billets à l’église de Saanen avec son équipe de neuf à douze collègues, le placement des invités, la commande des bouquets pour les stars, et plein d’autres tâches. Par pure passion et avec un enthousiasme indéfectible.

«Dans le privé, en dehors de la musique classique, j’adore écouter du pop rock et du jazz. Et je prends beaucoup de plaisir à chanter dans un petit ensemble, qui donne aussi des concerts à l’église de Saanen. Le Festival Menuhin a considérablement élargi mes connaissances en matière de musique classique. Cette manifestation, à laquelle je suis très attachée, attire des artistes hors pair dans le Saanenland. Et parfois aussi des talents suisses, comme Reto Reichenbach, de Turbach. Ses performances ici l’ont d’ailleurs certainement aidé à se frayer un chemin jusqu’à la scène internationale. Ecouter gratuitement des stars comme Sol Gabetta, Andras Schi‹ ou Maurice Steger, qu’y a-t-il de plus gratifiant pour nous, les bénévoles?»


Le tennis dans la peau

La liste des joueurs célèbres est interminable: Roy Emerson, Stefan Edberg, Boris Becker, Roger Federer… Tous ont eu la chance d’admirer les sublimes paysages de Gstaad et de respirer son air pur, à l’occasion du tournoi de tennis international qui y a vu le jour en 1925. Si les premières éditions se déroulaient sur les cours en terre battue à proximité du Gstaad Palace, c’est aujourd’hui au beau milieu du village que se défient les meilleurs mondiaux…

«Ma famille était accro au tennis. Ma mère travaillait au Players’ Service et mon père était responsable des ramasseurs de balles. C’est sûr que je voulais moi aussi être de la partie. Aujourd’hui, mon implication dans le tournoi constitue un changement bienvenu par rapport à mes cours et à mes études. En travaillant dans les coulisses, j’ai l’occasion d’être en contact avec de nombreux joueurs et même de faire de belles rencontres. C’est d’ailleurs ici que j’ai connu ma petite amie il y a quatre ans. Quand on a attrapé le virus du tennis, il vous poursuit 24 h sur 24: j’ai travaillé de nuit, par exemple pour Dustin Brown, quand il avait absolument besoin de raquettes de remplacement. Je mets un point d’honneur à être toujours disponible. La cerise sur le gâteau, c’est de voir les cracks s’entraîner ou de leur servir de sparring partner.»


"Je fais partie de la famille"

Si le beach volley est une discipline sexy, qui demande beaucoup d’agilité et de rapidité, il est beaucoup plus traditionnel qu’on ne pourrait le penser. Début juillet, une foule de femmes et d’hommes smashent et plongent avec passion en plein coeur du Saanenland. Et ce pour la 18e saison déjà... Depuis 2015, le tournoi est estampillé Swatch Beach Volleyball Major Series: Gstaad est donc l’un des cinq sites mondiaux sélectionnés. A juste titre puisque le cadre est aussi prestigieux que les échanges sont spectaculaires.

«Tout a commencé alors que j’étais spectatrice. Un jour, j’ai voulu découvrir les coulisses du tournoi; j’ai donc postulé pour être bénévole. Je fais désormais partie de la famille du beach. Cette semaine, pendant le tournoi, nous avons vraiment passé de bons moments ensemble, nous sommes devenus une équipe bien soudée de gens du pays et de bénévoles d’autres régions. C’est formidable de voir nos équipes suisses s’imposer! Sans oublier que l’on gagne un beau bronzage, si le temps le permet. Et bien sûr la traditionnelle Swatch. Certaines, je les ai gardées; les autres, j’en ai fait cadeau.»

Sitemap

Gstaad

En plus de Gstaad, la région comprend 9 autres villages de chalets situés entre 1000 et 1400 mètres d'altitude. Aujourd'hui, la marque Gstaad est connue dans le monde entier pour son charme chic et son luxe discret. Mais malgré toute son élégance et sa classe, Gstaad est resté réellement alpin et authentique. On est fier de ses traditions que l'on vit encore de manière authentique. Les visiteurs peuvent profiter de plus de 1000 manifestations tous les ans, dont certains évènements de renommée internationale. Les visiteurs peuvent également profiter d'une hôtellerie haut-de-gamme, d'excellentes possibilités pour faire du shopping le long de la promenade piétonne et d'un aéroport situé à Saanen.

Contact

Gstaad Saanenland Tourismus
Promenade 41
CH - 3780 Gstaad
Tel +41 33 748 81 81
Fax +41 33 748 81 83
info@gstaad.ch

Arriver & emplacement

Newsletter